Archives de la catégorie ‘C4ISR et CMI’

ge2

Nul doute, alors que la bataille de Mossoul débute, que la guerre électronique (GE) prend une grande part dans la préparation et l’implémentation des opérations militaires modernes. Outre la défense de ses propres moyens électromagnétiques, l’écoute et le renseignement, il s’agit d’empêcher l’utilisation du spectre électromagnétique de l’adversaire, par le leurrage, le brouillage, ou l’intrusion dans ses systèmes.

Mais ne croyons pas que cette capacité est l’apanage unique des grandes puissances. Tous les combattants aujourd’hui sur le théâtre s’affrontent sur le terrain des ondes, à l’aide de brouilleurs, intercepteurs, ou en leurrant les réseaux de communication. La compréhension fine des émissions électromagnétiques sur le champ de bataille est donc aujourd’hui incontournable pour conférer un avantage tactique aux combattants impliqués. Cela permet d’interférer avec un guidage de missile adverse, de garantir la fiabilité des données de géolocalisation (qui pourraient être volontaire modifiées par l’adversaire, etc…), et évidemment, d’interférer avec les systèmes ennemis, par exemple en rompant leur chaîne de commandement.

ge4

Dans ce contexte, la société BAE, à la demande de la DARPA américaine, a développé un terminal ultraportable de GE. L’idée est d’avoir un dispositif tactique portable capable de conférer à son porteur la capacité de comprendre les différents signaux de radiofréquences dans lesquels il est immergé.

Il ne s’agit pas uniquement d’électronique (même si la taille et le poids sont en l’occurrence critiques), car pour pouvoir comprendre le « champ de bataille des fréquences », il est nécessaire de disposer d’algorithmes mettant en œuvre des techniques d’analyse du signal et d’Intelligence Artificielle. Cette analyse doit être réalisée au niveau tactique, sur le terrain (au lieu de devoir communiquer les signaux et de procéder à leur analyse au niveau du poste de commandement). Cette analyse, BAE la réalise en utilisant ce que l’on appelle des algorithmes Bayésiens d’apprentissage machine. Vous trouverez sur Internet nombre d’articles expliquant cette technologie, et je me bornerai donc à dire ici qu’un algorithme Bayésien est un graphe orienté probabiliste, capable de tenir compte simultanément de connaissances a priori et de l’information contenue dans les données, et d’améliorer son analyse au fur et à mesure que de nouvelles bases de données lui sont présentées.

ge0

Evidemment, BAE ne fournit pas beaucoup d’information sur la manière dont son algorithme fonctionne (ce qui reviendrait à donner des recettes pour le contrer), mais on peut imaginer qu’il se nourrit des informations capturées lors des missions passées. Cette même approche a d’ailleurs été implémentée par la même société, en ce qui concerne les systèmes de GE de l’avion de chasse F-35.

ge3

Les systèmes portables de BAE seraient ainsi fournis avec une configuration initiale qui exploiterait au maximum les interceptions et formes d’ondes déjà connues, et pourraient évoluer en fonction des situations rencontrées sur chaque théâtre d’opérations (voire partager cette connaissance commune entre deux théâtres). En présence d’un signal analogue à un signal déjà vu, il pourrait adapter sa réponse (par exemple en augmentant la puissance d’émission radio si le signal adverse semble correspondre à une tentative d’affaiblissement du signal, ou en utilisant une autre portion du spectre si l’IA prédit qu’il s’agit d’une tentative de brouillage).

Et cela semble fonctionner puisque BAE annonce, lors des premiers tests, avoir pu identifier plus de 10 signaux différents, sur une grande largeur de spectre, et en présence de dispositifs de brouillage et d’interférence. On peut même imaginer dans un futur proche que cette IA soit considérablement dopée par son embarquabilité sur des processeurs spécialisés (je pense par exemple aux travaux de la jeune société française SCORTEX, aujourd’hui dans le domaine de la vision mais potentiellement dans d’autres domaines demain – si cela peut donner des idées à nos groupes industriels nationaux)

ge6

L’idée est ainsi d’analyser la « soupe » de signaux électromagnétiques, d’en identifier les caractéristiques, d’en cibler les plus pertinents, et d’indiquer au combattant comment utiliser ses propres technologies de GE pour pouvoir les contrer ou échapper aux détections adverses.

Ce projet est intéressant car il montre la réalité de ce que les américains (et en particulier le précédent ministre américain de la Défense, Chuck Hagel et portée par le ministre adjoint de la défense, Bob Works – ci-dessous) appellent la « third offset strategy».

ge1

La première stratégie sous l’administration Eisenhower visait à compenser la supériorité soviétique par la dissuasion nucléaire. La seconde, à la fin des années 1970, visait cette fois, à compenser la supériorité conventionnelle quantitative par l’investissement dans les technologies de l’information et le développement de doctrines et d’un complexe « reconnaissance-frappe » de précision (missiles guidés, etc.). La stratégie de 3e offset vise à assurer leur domination pure tant militaire que stratégique, et l’Intelligence Artificielle en est une composante essentielle. En multipliant le contrôle et le développement de normes sur l’IA, les Etats-Unis imposent leurs outils et leurs technologies permettant à l’IA de contribuer préférentiellement à la souveraineté américaine.

ge5

La multiplication des initiatives mettant l’IA au cœur de systèmes militaire n’est donc pas conjoncturelle mais bien préméditée. En combinaison avec la GE, il s’agit donc bel et bien de démontrer une supériorité qui va bien au-delà de l’échelon tactique. Car comme le disait le Général Siffre dans le livre « Maître des ondes, maître du monde » : « le spectre électromagnétique est le lieu de passage et d’échange des messages chargés de secrets du pouvoir politique, économique, financier, terroriste et mafieux. Qui sera maître de ces secrets cachés sur le spectre électromagnétique sera maître du monde ».

Note: ce blog évolue – vous ne devriez plus y voir de publicités, et vous pouvez aujourd’hui y accéder par un nom de domaine plus simple: VMF214.net

cerdec3

Le GPS est aujourd’hui tellement répandu que l’on oublie même son usage, à moins que l’on se trouve dans un tunnel. Mais les combattants sur le terrain doivent, quant à eux, compter sur un système fiable et continu. Or de nombreux facteurs peuvent affecter la réception du signal : le terrain lui-même, notamment en environnement urbain, ou le brouillage volontaire ou non du système.

Afin de maintenir cette capacité critique de géolocalisation, les ingénieurs du CERDEC (Command Communications-Electronics Research, Development and Engineering Center), une unité de l’Armée de Terre américaine, ont imaginé se fonder sur l’utilisation d’une micro-caméra. L’idée est ainsi de faire de la navigation visuelle : la caméra rapide capture les images haute définition (pouvant ainsi capturer les détails les plus fins) de l’ensemble des amers visuels (objets, points caractéristiques) lors du déplacement du combattant. Un système doit ensuite comparer ses images, afin de déterminer la direction et la vitesse de déplacement. Pour davantage de précision, le système est couplé à une mini-centrale inertielle (IMU : inertial measurement unit) comprenant un ensemble de capteurs dont des accéléromètres et des gyroscopes.

cerdec1

En termes de déploiement, une première version sera destinée (sans doute en 2022) à être disposée sur un véhicule, avant d’envisager une application au combattant débarqué. Une telle version embarquée a d’ailleurs été récemment testée sur une autoroute américaine (ce qui peut difficilement être considéré comme un test démonstratif, en particulier compte tenu de l’extrême continuité du terrain).

Cependant, une version « combattant débarqué » a également fait l’objet d’un test et a permis de maintenir la trajectoire initialement prévue, en l’absence de tout signal GPS. On peut d’ailleurs imaginer des retombées immédiates d’une telle technologie dans le domaine civil – qui, à l’inverse, a fourni des technologies de navigation visuelle, accompagnant l’essor des véhicules autonomes.

cerdec2

La limitation, en termes de performances, provient aujourd’hui de l’absence d’estimation de la profondeur. Pour ce faire, il serait nécessaire de déployer des caméras capables de vision stéréo (ce qui risque d’avoir un coût notamment en termes d’encombrement et de puissance électrique embarquée nécessaire).

D’autres alternatives sont en cours d’examen. Les mêmes ingénieurs du CERDEC imaginent ainsi pouvoir déployer des « pseudolites » : des pseudo-satellites, opérant à basse altitude, et permettant de diffuser un signal fort, difficile à brouiller.

cerdec4

Ces pseudolites peuvent opérer sur une plate-forme, une montagne, ou un avion volant à basse altitude. Ils comprennent un système de réception et un système de transmission : la réception est en fait un système de navigation (qui se connecte, lui, à un GPS), et un système de diffusion de sa position. Le schéma ci-dessous illustre le principe.

cerdec5

Indépendamment de ces technologie, on ne peut trop conseiller de maintenir le niveau de formation élémentaire de nos militaires : difficile en effet de brouiller une carte et une boussole!

 

planx3

Oui, je sais, je parle beaucoup des projets DARPA. Mais avec plus de 3 milliards de budget, il n’est pas étonnant que des projets ébouriffants voient le jour régulièrement. Celui-ci concerne la cyberdéfense, et s’appelle PLAN-X. Et il est pour l’instant doté de 125M$/an (depuis 2012).

L’idée est de disposer d’un outil permettant, en temps réel, une navigation dans le cyberespace, une visualisation interactive des données, et l’élaboration de plans graphiques d’opérations. Comme dans les meilleurs films de science-fiction, l’opérateur de PLAN-X peut visualiser les réseaux et, le cas échéant, les intrusions en temps réel.

planx1

L’outil est présenté par la DARPA comme un outil d’unification des systèmes de cyberattaque et de cyberdéfense, sous forme d’une interface facile d’utilisation pour les « hackers militaires américains » (je cite) et a vocation à fournir un partage de la situation tactique (situational awareness) du cyberespace d’opérations. Ouf.

planx4

PLAN-X permet d’explorer des réseaux visuellement, et de déclencher des plans d’opération (envoi d’une sonde, scan d’un réseau, recherche de cibles ou de vulnérabilités, etc…). L’utilisateur est littéralement « projeté » dans le cyberespace, par l’utilisation de techniques de visualisation de données immersives. Il s’agit réellement d’une extension des techniques de cartographie militaire au cyberespace : un opérateur peut ainsi donner une mission de défense d’un « périmètre virtuel clé » : serveurs, routeurs, passerelles, ou toute autre zone sensible du cyberespace. Vous trouverez ci-dessous une vidéo de présentation par le chef de projet de la DARPA Frank Pound assez longue (je vous conseille de regarder la partie démo vers 28 minutes).

Pour construire leur modèle de données, les développeurs de PLAN-X  se sont inspirés du modèle CybOX, un acronyme signifiant « Cyber Observable Expressions », disponible en suivant ce lien. Il s’agit d’un langage structuré permettant de représenter des évènements cyber-observables, par exemple la création d’une clé de registre, le trafic réseau parvenant à une adresse IP donnée, etc… Le système a été notamment développé par la société américaine MITRE. PLAN-X agrège nombre de ces techniques : ainsi des standards pour échanger des informations sur les menaces Cyber comme STIX ou TAXII, ou le langage de programmation visuelle SCRATCH permettant de construire graphiquement des plans d’action.

Le développement de PLAN-X a été confié à quelques géants comme Raytheon BBN et Northrop Grumman, mais de plus petites structures ont également été sollicitées. Ainsi, le système a été adapté à des lunettes de réalité virtuelle de type OCULUS RIFT avec l’aide de deux sociétés : Frog Design et Intific.

planx2

La démonstration permet de se projeter dans l’environnement virtuel du cyberespace en 3 dimensions, et de « tourner » autour des données (l’image ci-dessous, assez déformée, montre ce que voit l’opérateur à travers ses lunettes).

planx5

 Après avoir été testé lors des exercices CyberFLAG et CyberGUARD en juin dernier, le système est annoncé pour une mise en service opérationnelle en 2017. Le premier objectif est de permettre à la Cyber Mission Force (CMF) de conduire des opérations coordonnées dans le cyberespace, via cet outil immersif véritablement impressionnant. Un pas de plus vers un futur à la « Minority Report ».

ntu1

L’université de Nanyang (Nanyant Technology University ou NTU) à Singapour est, pour l’avoir visitée, un creuset d’innovation, avec plus de 33 000 étudiants et un classement au 13e niveau sur l’échelle mondiale. La preuve : les chercheurs du laboratoire VIRTUS de la NTU annoncent aujourd’hui avoir développé une puce SAR (Synthetic Aperture Radar – ou radar à ouverture synthétique) qui tient… sur un doigt et qui consommerait 75% de moins que les technologies conventionnelles, pour un coût de production 20x moindre.

Pour bien comprendre l’innovation, quelques précisions. Une caméra SAR coûte aujourd’hui 1 million de $ environ, pèse jusqu’à 200 kg, et consomme 1000W par heure. Il s’agit de dispositifs volumineux (jusqu’à 2m de longueur) destinés à équiper des aéronefs ou des satellites, mais capables, même en cas de couverture nuageuse ou de végétation dense, de détecter des objets de l’ordre du mètre, en utilisant une imagerie en bande X ou bande Ku (entre 8 et 12 GHz) – un petit rappel sur les bandes de fréquence utilisées dans le graphique ci-dessous.

ntu2

Les radars actuels SAR fonctionnent très bien, mais les contraintes d’encombrement et d’alimentation en énergie limitent considérablement leur emploi, notamment quand il s’agit de drones ou de véhicules autonomes légers. C’est là que l’on comprend toute l’innovation des chercheurs de la NTU : leur caméra SAR ne mesure que 2mmx3mm (ce qui, encapsulée dans un module, mène à une dimension du dispositif de 3cmx4cmx5cm) , ne pèse que 100g et ne nécessite que l’équivalent de l’alimentation d’un téléviseur LED, soit 200W/h. Et sa résolution lui permet de détecter des objets de 50cm à 11 km de hauteur. La puce, intégrée à une carte PC, apparaît ci-dessous en rouge.

ntu5

Les applications de l’innovation réalisée par la NTU vont de l’utilisation de SAR par des drones aériens aux véhicules autonomes terrestres, en passant par le développement de satellites d’imagerie plus petits et plus compacts : de l’ordre de 100 à 200kg en comparaison des satellites classiques d’imagerie dont le poids est plus proche de la tonne (ci-dessous).

ntu3

Evidemment, les candidats acquéreurs se bousculent. La NTU et l’équipe de VIRTUS dirigée par le Pr Zheng Yuanjin a déjà reçu des manifestations d’intérêt de SpaceX, Thales ou Panasonic. D’ailleurs, la puce doit être testée dans le cadre du programme satellitaire S4TIN dirigé conjointement par la NTU et Thales Alenia Space. L’exploitation commerciale devrait quant à elle intervenir d’ici 3 à 6 ans.

Hyper0

Bon, un article un chouïa plus technique pour changer, cela fait beaucoup de jargon en une phrase, mais le concept est simple : amener de la bande passante et de la capacité de traitement de données au sein de « data centers » mobiles, au plus près du théâtre d’opérations. Pour faire simple, l’hyperconvergence, c’est une approche d’architecture matérielle/logicielle qui consiste à intégrer des capacités de calcul durcies (processeurs), du stockage de données robuste, un réseau militarisé, des machines virtuelles, encapsulées dans un module hardware unique embarqué au cœur des opérations.

hyper5

Lors du dernier salon AFCEA West conference and trade show à San Diego, plusieurs sociétés ont présenté un tel concept. Parmi elles, on peut citer la société californienne Themis Computer, qui a développé un concept baptisé Themis Hyper-Unity. Il s’agit d’une unité de calcul durcie, fondée sur un concept de stockage en mémoire Flash, et intégrant 4 nœuds serveurs RES-XR5-1U de 8 disques chacun, à base de processeurs Xeon de 14 cœurs. Faisons simple : une capacité de stockage jusqu »à 30 TB, un réseau Mellanox Infiniband de 56Gb, et tout ceci compatible avec les normes militaires MIL-STD-810G, MIL-S-901D et MIL-STD-167-1*. Bref, une bête absolue, durcie aux standards opérationnels, et gérable par un seul administrateur comme un système unique placé à l’intérieur d’un véhicule léger de type Humvee.

Fiber-optic equipment in a data center

Jusqu’à maintenant, l’obstacle principal au développement de capacités de calcul sur le champ de bataille était le poids et la taille des équipements nécessaires. Entre la puissance de calcul souhaitée, la capacité de stockage, les équipements réseaux et le nécessaire passage à des standards de durcissement compatibles avec l’utilisation militaire, le problème était véritablement complexe. Ou alors il fallait une très, très grande rallonge (sic).

Et pourtant, le besoin est prégnant : il s’agit de pouvoir recevoir, traiter et distribuer des quantités astronomiques de données, de réaliser du « blue force tracking » et du suivi des pistes hostiles, de gérer les missions des unités, de réaliser de l’analyse du signal (SIGINT), etc, etc.

hyper7

Le recours à la virtualisation permet de disposer de ressources de calcul et de stockage durcies, gérables comme un seul système. C’est l’hyperconvergence. Si la convergence (en informatique) peut être définie comme « des systèmes séparés conçus pour fonctionner ensemble », donc une approche dite « scale up » (on utilise plusieurs cœurs de calcul pour une même tâche) l’hyperconvergence peut être définie comme une approche « scale out » (on distribue des tâches sur plusieurs machines au sein d’un même réseau lui-même confiné à une même infrastructure). Cette approche permet de démarrer petit, et d’évoluer facilement vers de plus grandes capacités au fur et à mesure, sans aucune perte de performances et de manière linéaire. Bien connue dans le monde civil, cette approche n’était pas encore répandue dans le monde militaire. C’est maintenant chose faite.

hyper2

Outre Themis, d’autres sociétés comme Crystal Group ou encore Core Systems ou Systel Inc. développent aujourd’hui de tels concepts pour la défense. Ce n’est bien évidemment pas une approche parfaite, et des défis techniques persistent comme l’équilibrage (« load balancing ») entre les ressources réelles et virtuelles, ou la gestion des entrées/sorties dans une architecture hyperconvergée. Toutefois, le monde civil progresse à pas de géant ; nul doute que les nœuds de calcul hyperconvergés seront bientôt dans la nuque de toutes les tourelles, comme dans le coffre des nouvelles générations de véhicules militaires.

PS. Désolé pour le retard entre deux articles, la plateforme de blog a visiblement connu quelques difficultés techniques il y a quelques jours… Un manque d’hyperconvergence peut-être…

 

geofencing

Comment localiser des terroristes en suivant les réseaux sociaux ? Alors que les événements tragiques se déroulaient, cette semaine était aussi la semaine du salon MILIPOL, où j’ai pu assister à une démonstration impressionnante développée par une petite start-up texane hébergée sur le stand de la société ESRI. Une démonstration bluffante (et un peu inquiétante, aussi…), mais parfaitement d’actualité.

Snaptrends est une société d’une trentaine de personnes, basée à Austin, Texas. Elle a pour vocation le « social media intelligence » : le recueil d’informations et de renseignement en source ouverte, le tracking global ou géospécifique d’individus ou d’influenceurs par l’analyse des réseaux sociaux. Dans les photos suivantes, les noms apparaissent en clair puisqu’il s’agit d’informations publiques. Mais l’innovation réside dans la manière de les traiter.

20151119_155325_resized

Un sujet d’actualité donc ; voici comment cela fonctionne. Une fois l’interface de Snaptrends lancée, on peut effectuer une recherche par mots-clés (dans mon cas : « RAID » and « TERROR »). L’application lance alors une recherche en analysant tous les flux sociaux : Twitter, Facebook, Google+, Instagram, etc… en combinant l’analyse avec ce que l’on appelle du « geofencing ».

20151119_155320_resized

Ce mot-valise combinant géolocalisation et fencing (création de frontières, en l’occurrence), décrit le fait de pouvoir délimiter une zone virtuelle géolocalisée – en  l’occurrence, définie par les contenus des messages échangés sur les réseaux sociaux : ceux utilisés directement par la personne ciblée, et l’analyse de réseaux alternatifs connexes.

20151119_155329_resized

Dans l’exemple ci-dessus, il est frappant de voir immédiatement la géolocalisation des articles, des commentaires Facebook, des tweets, le lendemain de l’assaut du RAID à Saint-Denis. Mais on peut aller (bien) plus loin. En l’occurrence, on peut cibler un utilisateur qui semble intéressant (je laisse aux professionnels le soin des critères – pour la démo, nous avons pris un profil classique, Emmanuel de Brantes, journaliste et chroniqueur).

20151119_155417_resized

On zoome alors sur ce profil, combiné avec la géolocalisation : cela permet de voir les messages échangés via ce profil le jour même (le « + » sur l’image), la veille (« D ») ou la semaine précédente « W »).

20151119_155501_resized

Mais il est possible aussi de « remonter » l’activité de l’individu ciblé en reconstituant ses messages passés – en l’occurrence, il est allé à Londres récemment, et il est possible de géolocaliser jusqu’à la rue de son hôtel. Flippant, je vous dis.

20151119_155549_resized

Et l’analyse de son réseau est également possible par l’outil : voici toutes les personnes qui le suivent, ou avec qui il est en contact direct, ou qu’il suit.

20151119_155834_resized

Et on peut aller plus loin en dévidant la pelote, en reconstituant tout son réseau, et en utilisant une technique de visualisation connue depuis longtemps mais très efficace : les graphes paraboliques.

20151119_155910_resized

20151119_155916_resized

Alors où se trouve l’innovation ? D’abord dans la rapidité et la pertinence des algorithmes de geofencing. L’information arrive en temps réel, elle est instantanée. De plus, les algorithmes analysent non seulement les réseaux directement utilisés par la cible, mais tous les réseaux connexes avec ces premiers réseaux : une véritable analyse « big data » en profondeur. L’innovation réside ensuite dans l’intelligence de l’interface, qui permet, à partir encore une fois de données publiques en sources ouvertes, de parcourir intuitivement le graphe relationnel de la cible. Il est également possible d’évaluer son degré d’influence dans les réseaux.

D’autres applications dans le domaine existent, mais c’est la première fois que je vois une telle fluidité dans l’utilisation, et une telle pertinence, vérifiée dans un contexte d’actualité particulièrement représentatif de l’intérêt d’une telle approche. Un outil qui, combiné à d’autres systèmes, devrait se révéler d’une redoutable efficacité dans la lutte contre le terrorisme.

Le site de la société est accessible ici

 

sat4

Le réseau satellitaire MUOS (Mobile User Objective System) est un réseau tactique déployé par l’US Navy afin de fournir des services sécurisés de communication mobile pour les forces américaines. Il s’agit d’une constellation de satellite géostationnaires développée par Lockheed Martin, et dont le déploiement a débuté en 2012 – le quatrième satellite a été placé sur orbite en septembre dernier.

sat2

Au-delà des capacités usuelles de communication UHF, les spécifications sont exigeantes : le système doit fournir des capacités de communication haute performance  (voix et données simultanées) aux forces (unités conventionnelles comme forces spéciales) sur le terrain, aux moyens aériens, aux sous-marins comme aux navires de surface. Et ce, partout dans le monde. Chaque satellite doit posséder une liaison UHF classique, compatible avec les terminaux existants, et une autre charge utile permettant de fournir une nouvelle capacité WCDMA avec un débit 16x plus élevé (ce sont des satellites dits « dual payload »).

Pour ce faire, des réflecteurs conventionnels (environ 5m de diamètre) ne suffisent pas, car il faut pouvoir fournir des capacités de couverture « au-delà de la vue directe ». Pour éviter de multiplier le nombre de satellites, les sous-traitants Harris et Vanguard ont trouvé une solution originale : envoyer des réflecteurs « pliables » qui se déploient une fois le satellite en orbite.

sat3

Ces réflecteurs sont donc nettement plus grands : 14 m de diamètre chacun ! Mais la taille ne fait pas tout (sic). En l’occurrence, le poids est un gros problème :il faut éviter d’avoir des réflecteurs trop lourds, car en ce cas, le coût du lancement du satellite devient prohibitif.

Les fabricants Harris et Vanguard ont donc développé une nouvelle technologie baptisée FMR pour « Fixed Mesh Reflector » : une structure composite de haute densité capable de réduire de 50% la masse du réflecteur, avec la même efficacité qu’une surface traditionnelle. La composition exacte de la surface développée par Vanguard est tenue secrète, mais on sait qu’elle a des propriétés de transparence optique à 80% environ, ce qui lui permet notamment de ne pas projeter d’ombres sur le satellite (pas de différences de températures à gérer, pas d’obstruction des panneaux solaires).

sat5

Enfin, le matériau ne souffre pas des vibrations structurelles acoustiques subies par le satellite durant la poussée. Les réflecteurs sont enroulés dans le satellite pendant le lancement, et se déroulent une fois le satellite en orbite.

sat1

Cette technologie vient donc d’être utilisée opérationnellement avec succès cette semaine: les panneaux FMR de 14m du satellite MUOS-4 ont ainsi été déployés dans l’espace. Harris a fabriqué 10 réflecteurs FMR, permettant d’équiper le prochain satellite du réseau MUOS, ainsi que d’autres satellites de communication.

dragon1

Lors du dernier salon AUSA (Association of the United States Army), la société Neany Inc a dévoilé un nouveau drone naval baptisé DragonSpy. Armé d’une arme automatique ARES 7.62, il repose sur une plateforme hybride diesel ou essence/électrique ; le prototype présenté lors d’AUSA était à propulsion uniquement électrique. L’arme repose sur un affut TRAP T360, développé par la société Precision Remote, une référence dans le domaine des armes automatiques autonomes et téléopérées (photo ci-dessous).

dragon 4

L’engin de 3m40 est doté de capteurs et de capacités ISR (intelligence, surveillance, reconnaissance) dont une caméra i2Tech i200L et peut s’intégrer dans un système de drones aériens, tel le drone ARROW développé par Neany Inc., pour augmenter ses capacités de reconnaissance. Il possède également un système de ciblage et d’interception de cibles automatique, ce qui ne manquera pas de déclencher l’ire des adversaires du recours aux SALA (systèmes d’armes létaux autonomes). Le système d’armes du DragonSpy a été testé avec succès en conditions opérationnelles, annonce la société.

L’engin est capable de fonctionner dans moins de 50 cm d’eau, et possède une vitesse de pointe de dix nœuds – le prototype dévoilé à AUSA est capable quant à lui de maintenir pendant 3h une vitesse de six nœuds en propulsion électrique. Reste encore à savoir comment se comporte la plate-forme dans des rapides ou des eaux agitées.

Ce n’est bien évidemment pas le premier (ni le dernier !) drone naval autonome ; a titre d’exemple, voici le système CARACaS (Control Architecture for Robotic Agent Command and Sensing) développé par l’ONR (Office of Naval Research) américain, et capable de contrôler un essaim de drones navals. La vidéo est assez impressionnante :

Dans le cas de DragonSpy, l’emploi est assez équivalent, mais la plate-forme, plus compacte, permet de patrouiller dans des eaux peu profondes. Une version future pourrait même incorporer une plate-forme pour un drone quadricoptère embarqué (on la voit d’ailleurs dans la photo ci-dessous prise lors d’AUSA et qui montre le nouvel aspect du DragonSpy).

dragon 3

La société envisage de généraliser le concept sur plusieurs types de plateformes navales. Le DragonSpy quant à lui serait utilisé pour des missions de patrouille et d’interdiction de zones (frontières, centrales nucléaires ou autres zones sensibles).

gatr4

Une petite remarque liminaire : oui, le rythme des articles diminue un peu – j’essaie de vous préparer moralement à mes prochaines vacances. Donc on diminue en douceur pour les accros.

Et donc : après le robot gonflable (voir l’article ici), voici les terminaux satellites gonflables de GATR technologies. La société (américaine) est spécialisée dans les terminaux satellitaires ultra-portables. Fondée en 2004, elle est issue de deux contrats SBIR (small business innovative recherche) américains, respectivement avec le Space and Missile Defense Command (SMDC) et les Air Force Research Labs (AFRL).

gatr

La société développe des terminaux gonflables, de diamètres allant de 1.2m (23 kg, rentrant dans un sac à dos de 75l) à 4 m pour les plus volumineux. Ils opèrent en bande Ku (pour la version de 1,2m), avec un débit de 2 à 10Mbps, ce dernier nécessitant une amplification supplémentaire. Les autres diamètres (typiquement 2,4m) opèrent dans les bandes Ku, Ka, C et X.

gatr2

Il s’agit en fait d’une innovation de design, avec un dome gonflable autour d’une parabole pliable – une idée simple, encore fallait-il la concevoir. La mise en service prend moins de 30 minutes. Après emploi, le système 2.4 m tient dans de simples valises (5 pour deux bandes, 2 si le système opère sur une seule bande).

gatr3

L’US Marine Corps vient de signer un contrat de 11 millions de $ pour acquérir 32 systèmes 2,4 m capables d’opérer en bandes X et Ku.

litos2

Un brevet vient d’être accordé à un chercheur du Naval Surface Warfare Center américain, dans le domaine de la transmission de données utilisant la lumière.

Le système, baptisé LITOS pour Light Information Transmitting Optical System, consiste à utiliser des espaces vides (en gros… de l’air), entre deux réseaux, pour transmettre des informations par lumière visible, mais sans passer par une fibre optique.

L’analogie développée par le chercheur est celle d’un phare qui propagerait de l’information en émettant un faisceau de lumière dans l’air. La transmission est à sens unique, d’un réseau A vers un réseau B. La technique est connue depuis fort longtemps, mais jusqu’à présent, elle se heurtait à des difficultés liées au débit, à l’atténuation du signal, à la sécurité et aux coûts : autant de problèmes que Matthew Sheehans, l’inventeur de LITOS, prétend résoudre avec son système. Ci-dessous, une vue d’un système de communications optiques en espace libre.

MINOLTA DIGITAL CAMERA

Si le principe du brevet n’est pas aujourd’hui véritablement expliqué, l’intérêt est patent (sans jeu de mot) : il s’agit par exemple de pouvoir transférer de l’information entre un réseau non classifié ou peu sécurisé, et un réseau classifié jusqu’au plus haut niveau, sans connecter physiquement les deux systèmes.

Malheureusement, difficile pour l’instant de trouver davantage d’informations sur le principe. Mais toute médaille a son revers : le développement d’une telle technologie montre les limites de ce que l’on appelle la sécurité par « air gap » consistant à isoler physiquement par un espace vide deux réseaux que l’on cherche à protéger. On savait déjà que via des périphériques, notamment graphiques ou audio, il était possible de récupérer des informations sensibles – Le groupe Black Hat Europe avait ainsi montré, il y a quelques mois, qu’un laser infrarouge pointé sur un scanner d’un réseau isolé suffisait à s’introduire dans le réseau. La photo ci-dessous montre le chercheur israélien Adi Shamir au keynote de Black Hat Europe.

litos3

Avec une technique comme LITOS, il devient aussi possible d’utiliser la lumière pour extraire de l’information d’un réseau et la transférer avec un débit important, et de manière cryptée. Cela relativise quelque peu la sécurité attribuée aux systèmes isolés par Air Gap.

Au-delà, le système pourra être utilisé pour transmettre de l’information sur de plus longues distances, de manière sûre et sans recourir à des câbles ou fibres.  Un brevet à suivre, donc.