Articles Tagués ‘fantassin’

bouchon0

Le théâtre d’opération est un milieu complexe, et parfois traumatisant. Pour protéger leurs oreilles des bruits trop forts (explosions, coups de feu, moteurs…), les fantassins pourraient porter des bouchons d’oreilles, au risque de ne pas bien percevoir leur environnement, et au détriment de la communication avec leurs chefs, camarades ou subordonnés. Le résultat ? La majorité refusent de porter de telles protections, et vivent donc avec l’angoisse d’une perte de l’audition, allant jusqu’à l’accentuation d’un syndrome de stress post-traumatique (PTSD). Un problème de santé dont le coût est chiffré à plus d’un milliard de $ par an aux USA (selon un rapport émanant du Department of Veterans Affairs).

Quelques sociétés ont donc naturellement cherché à doter les combattants de moyens de protection « intelligents ». C’est par exemple le cas de la société américaine INVISIO qui a développé le TCAPS, pour « tactical communications and protective system ».

bouchon3

Il s’agit du résultat d’un projet financé par l’US Army, et qui a permis de développer des écouteurs jouant le rôle de bouchon d’oreille : ils laissent passer les communications, mais stoppent les bruits traumatisants. Le TCAPS est un dispositif qui « écoute l’environnement du fantassin », et écrête le signal sonore si celui-ci dépasse une certaine intensité. La vidéo ci-dessous présente le système:

Le dispositif en lui-même ((baptisé INVISIO X50) est constitué d’écouteurs de 5g, et d’une unité de contrôle capable d’évaluer l’environnement sonore, et qui pèse 250g. Le tout est relié à un smartphone. Le système possède une autonomie de 100h avec une simple pile AA. Il peut subir une immersion sous 2m d’eau sans dommage. Seul petit problème, qui devient un problème de taille si l’on considère le nombre de soldats à équiper : il coûte environ 2 000$/pièce !

bouchon1

Mais les sociétés françaises ne sont pas en reste (comme quoi, je ne parle pas uniquement des américains !). La société française bien connue ELNO, spécialiste en équipements de communication en environnement sévère, a communiqué lors du dernier salon Eurosatory sur un nouveau produit, appelé Hoplite en référence au casque des fantassins de la Grèce antique.

Il s’agit d’une nouvelle génération de casques communicants, permettant au combattant de disposer d’un son ostéophonique (la conduction osseuse est une spécialité d’ELNO), ergonomique, mais permettant une perception spatiale complète de l’environnement sur 360°. Les oreilles du combattant sont protégées par des coquilles, mais comme dans le système TCAPS, la perception du théâtre opérationnel est préservée. En avant-première, voici à quoi ressemblera le casque Hoplite:

bouchon4

Il devrait être prochainement disponible – à ce moment là, je pourrai communiquer sur ses caractéristiques technologiques, pour l’instant encore confidentielles. Pour plus d’information et si vous êtes plus persuasifs que moi, voici le site de la société: http://www.elno.fr/fr/.

Comme le rappelait récemment le directeur de la Section Technique de l’Armée de Terre, il ne faut pas oublier que chaque innovation technologique dans le monde de la défense doit bénéficier en premier lieu aux hommes et aux femmes qui sont au contact, en opérations. C’est bien le cas ici.

pike3

La société Raytheon a développé un mini-missile à guidage laser destiné à équiper les fantassins et les forces spéciales. Le missile Pike, son petit nom, mesure 43 cm de long pour un calibre de 40mm, et pèse moins de 900g. Tiré par un lance-grenade monté sur une arme automatique comme le M320, il peut atteindre une cible à 2km de distance (cette dernière devant être illuminée par un laser).

pike2

Bien plus compact qu’un missile Javelin, le Pike possède néanmoins une tête explosive à fragmentation, suffisante pour un emploi dans un contexte de guérilla urbaine. L’innovation réside dans la miniaturisation de l’électronique embarquée du Pike mais aussi dans son comportement.

Il est en effet possible de lancer le missile en tir balistique, et de n’illuminer la cible qu’après le missile tiré. Une fois lancé, le Pike cherche en effet la réflexion du laser, et s’oriente de manière autonome en fonction de cette détection. Selon Raytheon, le missile n’émet pas de fumée en vol, pour accroître sa discrétion. L’innovation réside également dans la protection de cette électronique embarquée dans un si petit format, puisque celle-ci doit subir sans dommages des accélérations impressionnantes en une fraction de seconde. Pas évident en termes d’ingénierie.

pike1

Ce missile a été présenté lors de l’exposition AUSA à Washington ces derniers jours ; la société Raytheon a annoncé que le missile Pike avait été testé avec succès en conditions opérationnelles. Une version future devrait voir le jour, en particulier capable d’être tirée depuis un drone.