Un drone pour capturer des drones

Publié: 11 janvier 2016 dans Contre-terrorisme, robotique
Tags:, , , , , , ,

falcon1

La problématique de la détection et de la neutralisation de drones aériens volant dans des zones interdites est plus que jamais prégnante, notamment en raison de l’accroissement des menaces terroristes, et de la démocratisation de drones hautes performances accessibles à chacun – à ce sujet, je vous conseille de regarder Disco, la nouvelle aile volante développée et commercialisée par le fabricant français Parrot. Avec une autonomie de 45 min et une vitesse de pointe de 80 km/h, mieux vaut ne pas imaginer son détournement à des fins hostiles…

falcon3

Plusieurs solutions pour détecter et surtout neutraliser les drones existent et sont en cours de déploiement : elles vont de l’utilisation de carabines 22 long rifle (si, si) à l’emploi de lasers en passant par le piratage de la liaison entre le drone et sa station de contrôle. A titre d’exemple, on peut citer le Drone Defender développé par la société Batelle, un « fusil » permettant de diriger des ondes radio pour brouiller un drone d’observation et provoquer sa chute (photo ci-dessous).

falcon2

Mais l’approche développée par l’université de technologie du Michigan est pour le moins originale.

Les concepteurs l’ont appelé « Robotic Falcon », et c’est le premier drone prédateur de drones. L’idée consiste en effet à envoyer un drone muni d’un filet de capture, afin d’intercepter tout engin menaçant. L’approche, originale, voit les choses en grand puisqu’un immense filet est attaché à un drone intercepteur. Lorsqu’un intrus est détecté, l’intercepteur s’approche, et envoie son filet (qui reste relié au drone) à une distance de 12m de l’objectif – ce dernier est alors capturé, et ramené au sol.

La manœuvre est visible sur cette vidéo :

Cette approche, bien que rustique, est assez efficace, puisqu’elle permet en premier lieu de ramener le drone à des fins d’examen. Elle a également l’avantage de ne pas le faire chuter au-dessus de la zone sensible, ce qui pourrait s’avérer dramatique dans le cas où le drone suspect s’avère porter des explosifs. Enfin, cette approche simple semble également peu coûteuse – les concepteurs (dont le Pr Mo Rastgaar, à l’origine un spécialiste de la robotisation de prothèses de hanche) ont donc effectué un dépôt de brevet. Reste ensuite à voir les limites du procédé, en particulier dans le domaine de l’interception de drones rapides. A quand une aile volante pour capturer les ailes volantes?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s