Articles Tagués ‘anti-terrorisme’

terror2

A l’heure où une nouvelle attaque vient de se produire au Royaume-Uni, je me permets de publier cet article que j’avais écrit et que je gardais en réserve pour en peaufiner quelques détails – mais pour le coup, l’actualité m’a pris de court.

Car on ne peut que se demander comment la technologie pourrait permettre de stopper les véhicules utilisés comme armes contre les passants. Nous vivons aujourd’hui une guerre asymétrique globale, dans laquelle des terroristes barbares utilisent des véhicules comme armes par destination, une tactique éminemment difficile à déjouer. Nous allons donc essayer de recenser quelques technologies qui pourraient contrer cette nouvelle menace.

On sait aujourd’hui que différents gouvernements (dont, d’ailleurs, le gouvernement britannique) conduisent des programmes de développement d’un « kill switch ». Il s’agit d’un projet baptisé RESTORE pour REmote STOpping of Road Engines, un dispositif intégré nativement dans les véhicules de type poids lourds, et permettant de ralentir ou stopper à distance un véhicule équipé. La neutralisation serait effectuée par un policier sur le terrain, ou via un centre de surveillance, en ciblant le véhicule géolocalisé en temps réel. Récemment, et au-delà du Royaume-Uni, une source anonyme avait indiqué qu’un dispositif analogue pourrait être rendu obligatoire pour tout véhicule circulant dans l’Union Européenne.

terror3

La feuille de route du projet, conduit par le COSI (Committee on Operational Cooperation on Internal Security) envisage une mise en service en moins de six ans – il y a évidemment des questions de sécurité, stopper un véhicule à distance en coupant l’alimentation en carburant n’est évidemment pas anodin. Pour assurer une sécurité optimale, le système devrait être combiné à d’autres technologies : reconnaissance automatique des plaques d’immatriculation, système de fusion de données, etc.

Mais d’autres techniques plus « offensives » existent, et pourraient être utilisées sur le terrain, dans le cadre de la surveillance d’évènements sensibles (fêtes, rassemblements, compétitions sportives, festivals, etc.).

terror1

Ainsi, le LRAD (Long Rang Acoustic Device), conçu par la société du même nom, est un dispositif acoustique qui permet de diriger des ondes sonores en un point, avec une portée supérieure à 8000 m ! Initialement développé pour permettre des communications ciblées à longue distance, en environnement bruyant, le LRAD 1000X (qui n’est pas une arme, d’après son fabricant) est aujourd’hui considéré sérieusement dans le cadre d’une utilisation « offensive », pour neutraliser par exemple le conducteur d’un véhicule bélier en le ciblant avec des ondes sonores douloureuses, à partir de stations téléopérées. Le même dispositif peut également être utilisé pour alerter une foule se trouvant sur l’exacte trajectoire d’un véhicule bélier. Regardez (et surtout écoutez) cette vidéo.

ou celle-ci qui montre le dispositif portable utilisé contre des manifestants (mais non, ce n’est pas une arme, on vous dit).

D’autres « armes acoustiques » existent, comme des AED (armes à énergie dirigée) permettant de créer une sphère de plasma par utilisation d’un laser, une technique appelée LIPE pour Laser Induced Plasma Effect. Une fois la sphère créée par impulsions laser (de l’ordre de la nanoseconde), des impulsions additionnelles permettent de fracturer cette sphère afin de générer un son de plus de 130dB, insupportable pour l’oreille ciblée (le son d’un réacteur d’avion de chasse), mais quasiment inaudible au-delà d’un court rayon. Le programme, en cours de développement, vise à démontrer la faisabilité du concept pour de courtes distances, de l’ordre de 100m – il est conduit par le Joint Non-Lethal Weapons program de l’US Army.

terror4

D’autres techniques sont en cours d’étude, comme l’utilisation de lasers aveuglants, mais ne générant pas de lésions permanentes (ils ont notamment été déployés en Irak), ou d’armes à micro-ondes millimétriques comme l’ADS (Active Denial System) générant une sensation d’inconfort ou de brûlure, mais là encore sans lésions permanentes, chez la personne visée. Dans ce dernier cas, des micro-ondes pénètrent dans la peau sur 0.5mm, produisant une sensation de chaleur qui devient rapidement intolérable – reste encore à prouver la possibilité d’utiliser un tel concept sur un conducteur, derrière un pare-brise.

terror5

Autre piste, ne fonctionnant que contre les véhicules modernes : une impulsion électromagnétique ciblée de 150 000V permettant de neutraliser instantanément l’électronique embarquée du véhicule (et de l’ensemble des smartphones environnants, par ailleurs). Ce n’est pas complètement farfelu (et cela a l’avantage de griller également les circuits de contrôle d’une veste d’explosifs, par exemple). La société EurekaAerospace (!) avait ainsi présenté il y a quelques années une solution baptisée High-Power Electromagnetic System (HPEMS) et destinée précisément à stopper les véhicules-béliers. Voici la vidéo du concept (vous verrez qu’une certaine infrastructure est nécessaire) :

D’autres techniques utilisent par exemple des impulsions dans les bandes de fréquences L et S, pour cibler un véhicule. Ainsi, la société E2V commercialise le RF Safe-Stop Land, un dispositif composé d’une antenne type radar (1m2), capable d’être embarqué dans un 4×4, et permettant de stopper une voiture ou un camion à 50m, en envoyant une impulsion électromagnétique qui provoquera l’arrêt du moteur. Voici la vidéo :

Cette technologie ne détruit pas les circuits du véhicule, mais le moteur ne pourra pas redémarrer tant que le dispositif est activé.

Pas de remède-miracle, donc (je n’ai bien évidemment pas parlé des barrières, toujours plus sophistiquées, mais que l’on ne peut mettre partout). Finalement, l’effort aujourd’hui doit être plus préventif que curatif, et repose, lorsque c’est possible, sur l’obtention d’un renseignement préalable de bonne qualité, et sur la détection des signaux faibles qui pourraient permettre d’identifier les prémices d’une attaque. Un sujet complexe de fusion de capteurs, de traitement de données, et dont nous reparlerons bientôt.