Quand la science-fiction devient réalité : vers un fantassin volant

Publié: 22 mai 2016 dans Aéronautique, Non classé
Tags:, ,

fly1

Après l’homme-araignée capable de grimper une paroi, voici une invention française étonnante, pour l’instant encore civile, mais dont le potentiel pour les applications militaires saute aux yeux. Malgré son nom, le Flyboard Air est bien issu d’une société Française, la bien connue Zapata Racing. Bien connue car les images de son flyboard « classique » hydropropulsé ont déjà fait le tour du monde.

fly3

Mais ici, il s’agit d’un produit encore plus étonnant : le flyboard air, en cours d’homologation, est capable de voler en toute autonomie (bon, pendant un temps maximum de 10 minutes aujourd’hui), à une altitude allant jusqu’à 10 000 pieds et une vitesse de pointe de 150km/h !

Le système est encore à l’état de prototype, et malheureusement, il n’y a que peu d’information disponible quant à la nature exacte de son système de propulsion. Voici le film de l’essai du système. Et il est impressionnant.

A priori, le système fonctionne avec une combinaison de 6 moteurs turbo pour un total de 1000 chevaux, et d’un calculateur capable, comme pour un drone, de gyrostabiliser le vol. Le pilote doit embarquer sur son dos la réserve de carburant. Le pilote tient une télécommande dans sa main lui permettant de contrôler la puissance et donc l’altitude. C’est l’inclinaison du corps qui permet de contrôler la direction et l’attitude du vol. Comme un surf, mais dans l’air.

fly5

Les applications militaires de ce concept font déjà polémique. Pour certains, il n’y a que très peu de chances qu’une telle technologie trouve rapidement des applications militaires. Sur le champ de bataille, je suis personnellement d’accord avec cette analyse, d’autant que porter une réserve de carburant sur son dos ne laisse que peu de chances de survie dans un environnement hostile, où il serait trop facile de tirer sur le pilote. Mais dans certains cas :  opérations spécifiques des forces spéciales, unités spécifiquement destinées à utiliser une « moto volante » pour la surveillance de zones ou rattraper des individus en fuite, on peut légitimement envisager des applications à moyen terme. A condition de ne pas survoler une foule, qui devrait rapidement se sentir comme sous une rôtissoire.

fly6

Ceci dit, la société Zapata Racing annonce vouloir développer rapidement une version plus compacte est plus sécurisée de son système. Elle devra en premier lieu passer par l’homologation du véhicule actuel qui a coûté environ 1M d’euros en développement. Pour les applications militaires, il faudra résoudre plusieurs problèmes : le bruit, l’autonomie, la vulnérabilité. Mais il ne faut jamais dire jamais ; rappelons les mots regrettables de Ferdinand Foch : « Les avions sont des jouets intéressants mais n’ont aucune utilité militaire » !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s