Détecter les mines enterrées par leurs effets sur les végétaux

Publié: 19 avril 2016 dans Non classé

mine2

C’est l’idée originale de chercheurs de l’université de Bristol, incités par la fondation « Find A Better Way » à trouver une solution pour se débarrasser des quelques 110 millions de mines enterrée de par le monde. Soit en théorie environ un millier d’années de travail de détection et de neutralisation, et quelques centaines de milliards d’euros à investir…

Pour à la fois accélérer le processus, et surtout l’effectuer en diminuant le risque pour les démineurs, ces chercheurs ont eu l’idée de coupler un imageur hyperspectral avec un drone, afin de détecter des indices de présence de mines enterrées.

mine1

Une première étape consiste donc à capturer des images haute résolution du terrain ciblé, permettant de guider les démineurs vers les zones minées les plus probables (en utilisant leur expertise en fonction des reliefs et des points typiques du terrain). De telles images haute résolution prises en hauteur sont aujourd’hui souvent inaccessibles car nécessitant un survol particulier d’un avion ou d’un hélicoptère équipé. Le drone permet, à peu de frais, de disposer de telles cartes.

Mais l’idée originale, c’est d’utiliser l’imagerie hyperspectrale pour observer à différentes longueurs d’onde… la couverture végétale afin de détecter la présence d’engins explosifs.  Car une mine enterrée a tendance à fuir, à relâcher des composants chimiques dans le terrain, qui modifient le feuillage des plantes ou génèrent des anomalies de croissance. Ces différences subtiles dans la couleur ou la forme du feuillage peuvent donner des indications supplémentaires sur la probabilité de présence d’une mine enterrée.

Dans l’infrarouge proche, chaque plante a une signature caractéristique, d’ailleurs utilisée par certains agriculteurs pour déterminer son état de santé. C’est le même principe qui s’applique ici : la modification de l’état de la plante par rapport à ses semblables, engendrée par la présence d’une mine, est détectable par imagerie hyperspectrale.  Enfin, l’imagerie infrarouge permet de détecter des objets artificiels camouflés sur le terrain qui ne seraient pas détectables en lumière visible.

mine3

Cette approche a donc l’avantage d’aborder le problème de la détection par un angle original, tout en utilisant des drones du commerce, donc peu onéreux et accessibles aux organisations des pays – souvent peu favorisés – confrontés à ce problème. Le projet de recherche devrait durer deux ans ; il a débuté par une démonstration de faisabilité : les chercheurs ont ainsi montré qu’il était possible de capturer des images haute résolution du terrain de football de Manchester United en moins de 2h pour obtenir une carte utilisable par des équipes de déminage. Evidemment, l’approche est moins adaptée aux zones désertiques, mais plusieurs alternatives existent et feront l’objet d’un autre article.

commentaires
  1. Eric Michel dit :

    Tu crois que ça fonctionne pour des pipelines….?😉

    Eric Michel

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s