Le nouveau défi de la robotique de combat : le silence

Publié: 31 décembre 2015 dans robotique
Tags:, , , , , , , , , , ,

alpha3

Nous avons déjà abondamment parlé dans ce blog des questions liées au développement de la robotique militaire et en particulier de la robotique de théâtre. Aux aspects éthiques et à la doctrine d’emploi s’ajoute aujourd’hui un nouveau défi : se débarrasser du bruit infernal de ces nouvelles machines.

Vous avez en effet sans doute déjà aperçu la machine développée par Boston Dynamics, société rachetée en 2013 par Google (aujourd’hui Alphabet), et destinée à alléger le combattant, en assurant le transport du matériel lourd, des équipements de communication, de la nourriture et de l’eau. Baptisée AlphaDog mais répondant au nom officiel de LS3 pour Legged Squad Support System, la bestiole a été successivement connue sous le nom de Mule et de Big Dog.

alpha1

Après un programme de 32 millions de $ (si, si), une expérimentation grandeur nature dans le cadre des exercices Pacific Rim, les US Marines viennent d’annoncer leur décision de ne pas mettre AlphaDog en service. La raison : le bruit !

Car le robot est motorisé par un moteur à deux temps à un cylindre, d’une puissance de 15 ch et tournant à 9 000 tours par minute. Et il fait le bruit d’une tondeuse à gazon : un sérieux souci dans un contexte opérationnel réel, comme celui d’une patrouille, ou d’une reconnaissance avancée. En gros, l’ennemi n’a plus besoin de positionner des sentinelles : il entend la patrouille arriver à 1km. Pas vraiment discret…

Alphabet a essayé de résoudre le problème en réalisant une nouvelle version du robot, baptisée SPOT, et dotée d’un moteur électrique. Si ce dernier a effectivement permis de réduire le niveau de bruit, il a divisé la capacité d’emport par 10, et a généré des problèmes insolubles d’autonomie, et de pilotage (une négation en soi du concept de robot autonome).

alpha2

Le fondateur de Boston Dynamics, Marc Raibert, a vertement répliqué en affirmant que le projet LS3 était avant tout un projet de recherche, et qu’il avait permis de lever un certain nombre de risques technologiques, liés à l’emploi d’un robot autonome quadrupède en environnement réel. En ce sens, il a raison : les prochaines générations pourront effectivement se reposer sur les résultats de ce programme. D’ailleurs, Alpha Dog est bien plus silencieux que ses prédécesseurs.

Il reste néanmoins vrai que le silence devra, en plus de l’autonomie et des capacités, être mis au premier plan des critères opérationnels pertinents pour le développement d’une réelle robotique de théâtre. Sans doute ce critère inspirera-t’il les concepteurs des défis du prochain DARPA Robotics Challenge…

commentaires
  1. […] Au-delà du bruit (rédhibitoire aujourd’hui pour certains prototypes comme je le mentionnais dans cet article), il y a également l’apparence visuelle. Des chercheurs de l’université de Cornell aux […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s