Une visualisation du réseau anonyme TOR et de ses relais

Publié: 17 septembre 2015 dans Contre-terrorisme, Informatique et IA
Tags:, , , ,

Tor1

Alors que l’université d’été de la Défense a souligné l’importance du contrôle Cyber dans la défense et la sécurité, (et au passage a démontré qu’il est difficile d’assister à un tel évènement et de garder en même temps le rythme du blog – désolé pour cette parenthèse), voici OnionView, un portail web permettant de visualiser le développement du réseau TOR.

tor4

On rappelle que TOR est un réseau dont le nom est l’acronyme de « The Onion Router » ( !) car il repose sur le principe du « routage en oignon ». Conçue initialement par le Naval Research Laboratory en 1990, cette technologie permet de faire « rebondir » les échanges TCP au sein d’Internet afin de transmettre des flux de manière anonyme. On peut l’assimiler à un réseau superposé à Internet, dans lequel chaque client choisit un chemin aléatoire parmi des nœuds TOR. Chacun des nœuds n’a accès qu’à l’adresse IP du précédent et du suivant. De plus, chaque nœud repose sur une cryptographie hybride : il dispose d’une clef secrète qui lui est propre et ne connaît que son prédécesseur et son successeur au sein du chemin.

tor2

 

Je simplifie évidemment l’explication : si vous souhaitez comprendre le principe de TOR, vous pouvez aller consulter cette page.

En 2010, le réseau TOR comptait 2000 nœuds. Il en compte près de 6500 aujourd’hui. Le portail OnionView (dont vous comprenez maintenant le nom) a pour but de compter les nœuds et de suivre l’expansion du réseau. Pour mémoire, voici le « top 3 » des pays ayant le plus de « nœuds TOR » :

  • Allemagne : 1364
  • USA : 1328
  • France : 714

Le centre d’excellence de l’OTAN en cyberdéfense a néanmoins montré que l’anonymat procuré par TOR n’était pas garanti à 100% – mais que sa combinaison avec d’autres technologies (comme les VPN) pouvait améliorer significativement les performances d’un tel réseau. Se posent alors un certain nombre de questions légales et judiciaires, comme la responsabilité légale des opérateurs d’un nœud, ou la valeur juridique d’une collecte de preuves ayant transité par le réseau.

tor3

Dans le contexte de l’expansion des cyberterroristes liés à des organisations comme Daech (ou au « DarkWeb » comme SilkRoad – voir image ci-dessus), se pose néanmoins la question de la surveillance du réseau TOR, et de sa faisabilité technique et juridique. Autant de questions qui devraient intéresser la toute nouvelle réserve dédiée à la cyberdéfense. Il y a peu, le US Homeland Security Dept a essayé d’intimider une petite bibliothèque de Lebanon (New Hampshire) afin qu’elle ferme son hébergement d’un nœud TOR. Après une brève fermeture…elle a ouvert de nouveau l’accès au réseau.

Pour accéder à OnionView et visualiser l’expansion de TOR, suivez ce lien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s