Des séquenceurs d’ADN pour les Forces Spéciales américaines

Publié: 25 mai 2015 dans Contre-terrorisme
Tags:, , , , , ,

scan4

Oui, je sais, je parle beaucoup des américains, mais budget oblige, il y a quand même beaucoup d’innovation technologique qui est générée outre-Atlantique. L’US SOCOM (Special Operations Command) a annoncé que les Forces Spéciales américaines ont déployé des séquenceurs d’ADN sur le terrain, en Afghanistan, afin d’en tester la pertinence opérationnelle.

Ces séquenceurs ont notamment permis d’identifier de l’ADN à partir de composants d’engins explosifs improvisés, afin de retrouver leurs concepteurs – visiblement, avec un certain succès.

Tout ceci est rendu possible par la rapidité des nouveaux appareils : pour identifier une trace ADN, il faut maintenant 90 minutes (contre des semaines, par des approches plus traditionnelles).  Deux machines ont été déployées : le RapidHIT 200 d’IntegenX, et la NetBio de Waltham, dans le cadre du programme « Sensitive Site Exploitation Special Reconnaissance, Surveillance & Exploitation ».

scan3

Le principe consiste à collecter un échantillon (typiquement de salive), et à l’introduire dans le séquenceur qui utilise des technologies de biologie moléculaire classique (PCR par exemple – polymerase chain reaction, suivie d’une séparation par electrophorèse) mais à une vitesse fulgurante : environ 36 minutes pour l’extraction et l’amplification de l’ADN à partir des échantillons, 39 minutes pour la séparation et la détection des séquences, et 4 minutes pour l’analyse et la génération du rapport.

scan2

 

Tout ceci est rendu possible en particulier par des réactifs pré-chargés dans la machine, et des opérations de manipulation automatisées et colocalisées… c’est un peu plus efficace que la procédure précédente qui consistait à envoyer une enveloppe à un laboratoire et à attendre les résultats (si, si). Et en plus les machines – de la taille de petits photocopieurs – sont capables d’examiner jusqu’à 8 échantillons simultanément (5 pour la NetBio).

Le système peut être opéré par une seule personne et nécessite uniquement 30 minutes de formation. Le produit parfait, donc, si ce n’était son prix : 250 000$ environ par machine, ce qui réserve leur usage à des opérations critiques et à fort enjeu (« juicy operations » selon le SOCOM). Autre inconvénient : le manque de données collectées sur place dans les bases de données américaines (qui concernent essentiellement des citoyens américains). Mais ces bases sont vouées à s’enrichir progressivement.

Le prochain défi : arriver à développer une version militarisée portable, opérée par batterie ; la mise au point d’un tel engin nécessitera un effort financier considérable, et nécessitera au moins 4 ans.

Photos (C) US SOCOM, IntegenX

commentaires
  1. […] [Source : https://blogvmf214.wordpress.com/2015/05/25/des-sequenceurs-dadn-pour-les-forces-speciales-americain…] […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s