Entretien avec l’IGA Dominique LUZEAUX, directeur adjoint plans de la DIRISI

Publié: 11 mars 2015 dans Entretien
Tags:, , , ,

luzeaux

M l’Ingénieur Général, cher Dominique, peux tu nous présenter, en quelques mots, la DIRISI ?

Créée le 31 décembre 2003 par décret, la Direction interarmées des réseaux d’infrastructure et des systèmes d’information de la défense (DIRISI), rattachée à l’Etat-Major des Armées, assure les fonctions d’opérateur de télécommunications, d’infogérant des systèmes d’information de la Défense, de gérant des fréquences, de garant de la sécurité des systèmes d’information, de mise en œuvre et de soutien des SIC opérationnels, et de centrale d’achat pour les services de télécommunications, les matériels et les logiciels informatiques, les prestations dans le domaine des systèmes d’information.

Elle est donc résolument au cœur des opérations et de la vie de la Défense : en métropole, outre-mer et à l’étranger, 7 jours sur 7, 24 heures sur 24, la DIRISI exploite, soutient et assure la sécurité des Sic nécessaires à l’engagement des forces armées, à la dissuasion, à la posture permanente de sûreté et à l’action de l’État.

Interventions extérieures, contrôle de l’espace aérien et maritime, mais aussi SI métiers RH ou financiers… : tous sont supportés par le système d’information du ministère de la défense, et c’est la DIRISI qui le conçoit, le développe, le met en œuvre et le protège.

Quelle est ta mission au sein de cet organisme aujourd’hui ?

En tant que directeur adjoint plans, je suis délégataire en premier lieu du pouvoir adjudicateur, en d’autres termes je dirige la fonction achats. A ce titre, je suis responsable de la stratégie globale concernant les marchés et contrats de la DIRISI, et en particulier, je suis responsable de la stratégie industrielle. Par ailleurs j’ assure la cohérence technique des projets, et je pilote la coordination avec la DGA (pour ce qui concerne notamment les opérations d’armement) et le contexte interministériel.

Tu es connu comme un expert de différents domaines de pointe, allant de la simulation aux nanotechnologies. Quels sont les défis technologiques et les ruptures attendues dans le domaine que tu diriges aujourd’hui ?

Dans le domaine professionnel où j’interviens aujourd’hui, les principaux défis technologiques concernent la mise en œuvre de Clouds privés et hybrides, ainsi que les services à créer autour du Big Data Analytics (le « broyage de données » pour adopter une expression moins anglo-saxonne).

Mais au-delà de ces défis technologiques, les défis sont la maîtrise de la complexité des systèmes d’information et la réduction des coûts globaux, ce qui passe par des défis techniques mais aussi et surtout organisationnels, ainsi que de nouvelles relations de partenariat avec les maîtres d’œuvre industriels.

Comment la France se place-t-elle, à ton sens, dans cette course à l’innovation ?

La France a une très bonne place dans l’innovation scientifique, mais souffre quelquefois du manque d’organisation publique pour faciliter le transfert de la recherche fondamentale ou appliquée à la pré-industrialisation de solutions voire à l’industrialisation. Il existe ponctuellement des sources de financement publiques pour permettre chacune de ces étapes, mais j’ai l’impression qu’il manque une véritable politique publique permettant la « coordination » entre d’un côté l’excellence scientifique dans de nombreux domaines (clairement reconnue) et de l’autre le développement d’acteurs industriels de pointe pouvant peser sur des marchés européens ou internationaux (cela passe donc par une vision transverse aux différents niveaux de maturité de la recherche fondamentale à l’industrialisation réussie pour une technologie ou tout au moins une thématique technique).

En conclusion, si je te demandais les trois projets de R&D que tu jugerais prioritaires à financer (indépendamment de la position de la DGA, on parle ici de ta conviction intime) dans le domaine de l’innovation technologique de défense au sens large (donc non limitée à la DIRISI)?

Il me semble impossible de répondre à cette question en ne considérant que trois projets : il faut élargir à la notion de thématique scientifique. A titre personnel les trois barrières que j’aimerais repousser le plus possible sont la mort, le temps et l’espace !

Pour répondre plus prosaïquement à la question cependant, je dirais que je me contenterais de faire avancer les recherches dans les domaines de : la maîtrise de la complexité des systèmes ; les sources d’énergie (d’une part en recherchant l’augmentation d’autonomie temporelle, d’autre part en exploitant l’environnement immédiat afin d’alléger au maximum les dépendances aux chaînes logistiques) ; la prise de décision pour rechercher les gains maximaux en automatisation.

Biographie

Ingénieur Général de l’Armement au sein de la Direction Générale pour l’Armement (DGA), Dominique Luzeaux y a exercé des fonctions d’expertise technique et de direction dans les domaines de la robotique, de l’optronique, des systèmes de renseignement et d’observation, de la simulation et de l’ingénierie système ; il a notamment été à l’origine de la démarche du LTO (laboratoire technico-opérationnel) à la DGA. Il a été directeur opérationnel des systèmes d’information de la DGA, et directeur du service en charge des programmes d’armement terrestre (UM TER) avant de rejoindre la DIRISI. Dominique Luzeaux est diplômé de l’École Polytechnique, de l’École Nationale Supérieure des Techniques Avancées,titulaire d’un doctorat de l’université de Paris XI et d’une habilitation à diriger les thèses. Il a reçu en 2006 le Prix Chanson pour ses travaux sur la robotique militaire terrestre. Par ailleurs, il enseigne la robotique, l’informatique théorique et l’ingénierie système dans plusieurs universités et écoles d’ingénieurs. Il est l’auteur de nombreux livres dont:

  • À la conquête du nanomonde : nanotechnologies et microsystèmes, (coauthor T. Puig), March 2007, Éditions du Félin;
  • Systèmes de systèmes : concepts et illustrations pratiques, (coauthor J.-R. Ruault), June 2008, Editions Lavoisier Hermes Science;
  • Ingénierie des systèmes de systèmes : méthodes et outils, (coauthor J.-R. Ruault), June 2008, Editions Lavoisier Hermes Science;
  • Systems of systems: concepts, illustrations, standards and methods, (coauthor J.-R. Ruault), February 2010, Wiley;
  • Simulation et modélisation des systèmes de systèmes : vers la maîtrise de la complexité, (coauthor P. Cantot), November 2009, Editions Lavoisier Hermes Science;
  • Simulation and modeling of systems of system, (coauthor P. Cantot), May 2011, Wiley;
  • Maîtrise de l’ingénierie des systèmes complexes et des systèmes de systèmes, (coauthor J.-R. Ruault, J.-L. Wippler), May 2011, Editions Lavoisier Hermes Science;
  • Complex systems and system-of-systems engineering, (coauthor J.-R. Ruault, J.-L. Wippler), November 2011, Wiley;
  • 100 questions pour comprendre et agir : l’ingénierie des systèmes, (coauthor J.-R. Ruault), April 2013, Editions AFNOR.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s